Cybercinéma, 1998

Une première expérience mondiale de cybercinéma a eu lieu le vendredi 5 juin 1998 à 14 h 30 à la salle Lumière, Hôtel Scribe sis 1, rue Scribe, Paris 9eme.

Il s'agissait de commémorer un événement de portée historique. Dans le cadre de « L'année de la France au Japon», un hommage a été tout d'abord rendu aux Frères Lumière. Les premiers films qu'ils avaient réalisés ont été transmis sur le réseau depuis Tokyo vers Paris.

La séance a eu lieu dans la salle de cinéma où se déroulèrent, pour trente-trois personnes assises sur des chaises en bois, les premières projections cinématographiques ouvertes au grand public. Pour la première fois dans l'histoire du Septième art, un changement radical risquerait de bouleverser les techniques cinématographiques. Les nouveaux moyens mis en oeuvre dans cette démonstration permettraient de réduire le nombre de copies nécessaires. Une seule copie pourrait être diffusée dans un nombre illimité de salles.

Cette manifestation a été réalisée avec la collaboration de la Cinémathèque de la danse de la Cinémathèque française. Un film du jeune réalisateur japonais Kaizo Hayashi, qui comporte plusieurs séquences de danse de Buto, a été diffusé également en direct depuis Tokyo.

Jacques Polieri et l'équipe projet

De gauche à droite : le directeur de la société Montics représentant I.B.M., Frédéric Lefebvre, informaticien, Jacques Polieri et les représentants de la Cinémathèque Française.


En retour, par le même procédé, "Sonorité Jaune", film réalisé par Jacques Polieri ,a été envoyé au Japon ainsi qu'un court métrage d'images numériques réalisé en collaboration avec le "Lactamme", laboratoire informatique de Polytechnique et de France Télécom.

Toutes ces images ont été visionnées simultanément en deux points de réception:
- la salle Lumière sur les Grands Boulevards à l'Hôtel Scribe à Paris,
- l'Athénée, Centre culturel français à Tokyo.

Cette manifestation mise en place, tant à Paris qu'à Tokyo, s'est faite avec la collaboration de la société Montics (filiale de IBM France) et du CESI. Cette manifestation intercontinentale privée nécessitait la création d'une liaison informatique haut débit. Les jeunes ingénieurs de Montics, issus du CESI, firent le choix technique d'un groupement de lignes Numeris.

La projection vidéo est effectuée sur deux écrans de taille moyenne par l'intermédiaire de vidéo-projecteurs disponibles sur le marché.